Vous laissez les chinois investir chez nous ?

Le transport aérien menacé d’une écotaxe à 4,2 milliards d’euros 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Après avoir sauvé le transport aérien au printemps, le gouvernement va-t-il le sacrifier sur l’autel de l’environnement cet automne ? C’est la question qui taraude tous les représentants du secteur, à la veille d’une conférence organisée ce samedi par le ministère de la Transition écologique, sur les mesures préconisées par la « convention citoyenne pour le climat »

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


la mesure la plus controversée, dévoilée en début de semaine par « La Tribune », est la proposition d’une « écocontribution renforcée ». Il s’agirait de porter « l’écocontribution » de 1,50 euro ajoutée en 2020 à la « taxe de solidarité », à 30 euros pour un vol de moins de 2.000 km en classe éco (180 euros en classe affaires) et 60 euros pour un vol de plus de 2.000 km (400 euros en classe affaires). Le montant des taxes spécifique au transport aérien en France passerait ainsi de 440 millions d’euros en 2020 à 4,2 milliards d’euros en 2021. Pour Air France, le coût de l’écocontribution, estimé à 60 millions d’euros dans sa version 2020, serait ainsi multiplié par 20.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Le dilemme est de taille pour le gouvernement. D’un côté, une mesure forte qui viserait à montrer son engagement vers une transition écologique sans concessions. De l’autre la nécessité de préserver un secteur qui emploie des dizaines de milliers de personnes. Le symbole est fort.  ✈️✈️

 

Lire la suite

 

Investissements chinois en Europe : que faire ? 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Alors que les dirigeants des institutions européennes doivent discuter des relations commerciales avec la Chine, lundi 14 septembre, la Cour des comptes de l’Europe a déposé, mercredi 9 septembre, un rapport détaillé, en forme de mise en garde, sur l’offensive de l’empire du Milieu en matière d’investissements.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Détaillé ? Jusqu’à un certain point, car l’un des premiers constats de l’institution sise à Luxembourg est qu’elle manque de beaucoup de données, les Etats membres paraissant peu pressés de les lui communiquer. Pékin aurait dans tous les cas investi, entre 2010 et 2019, quelque 150 milliards d’euros en Europe. Cela parait beaucoup pour celui qu’on définit comme un “rival systémique”.

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Il est donc temps de savoir quelle place nous voulons laisser aux investissements chinois dans notre économie. Il est évident que de laisser des puissances étrangères aux intérêts souvent opposés aux nôtres nous rend plus dépendants et vulnérables à leur égard. Une politique commune de la part de l’UE est donc indispensable. 💥💥

 

Lire la suite

 

 

La BCE un peu moins pessimiste sur la récession

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Christine Lagarde a clairement choisi de ne pas tirer le signal d’alarme sur les perspectives économiques pour l’Europe en cette rentrée compliquée. À l’issue d’une réunion du conseil de politique monétaire, jeudi, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) a préféré mettre l’accent sur le « fort rebond de l’activité » cet été plutôt que sur le « ralentissement de la dynamique » qui l’a suivi. 

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


La BCE a, du coup, légèrement révisé à la hausse ses prévisions pour cette année. Elle s’attend désormais à une chute de 8 % du PIB de la zone euro, contre 8,7 % précédemment. En contrepartie, le rebond sera un peu moins vigoureux l’an prochain, à 5 % plutôt que 5,2 %.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

L’idée est de rassurer les marchés ainsi que la population européenne. A l’heure où la pandémie semble repartir de plus belle, il est plus que nécessaire d’envoyer à chacun des messages positifs. Le pessimisme, on le sait, est un vecteur considérable de renforcement des crises économiques. 😥😥

 

Lire la suite