Un vaccin anti-covid fait s’envoler les bourses >>>

Les Bourses mondiales s’envolent après l’annonce de Pfizer sur son vaccin

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Déjà bien orientées à la suite de la dissipation de l’incertitude liée aux élections américaines , les Places financières mondiales se sont littéralement envolées, lundi, après les annonces de Pfizer et BioNTech sur un futur vaccin. La perspective d’un vaccin « efficace à 90 % » contre le Covid-19 , a provoqué un véritable vent d’euphorie.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


En une seule séance, l’indice européen Euro Stoxx 50 a gagné 6,36 %. Madrid, Paris et Milan sont les Places à avoir le plus profité de la nouvelle, avec des hausses de respectivement 8,57 %, 7,57 % et 5,43 %. De leur côté, Francfort et Londres ont avancé de 4,94 et 4,67 %. L’indice parisien, repassé en trombe au-dessus des 5.000 points, n’avait pas connu d’aussi belle séance depuis le 24 mars dernier, au moment de l’exceptionnel rebond des marchés après le « corona krach. » En tout, le CAC 40 progresse de 17 % depuis le 29 octobre. Il est toujours en baisse de près de 11 % depuis le début de l’année.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Les marchés ont donc accueilli dans un vent d’allégresse les espoirs d’un futur vaccin. Mais la réalité devrait rattrapper l’euphorie et les bourses vont probablement de nouveau baisser dans les semaines à venir, avec notamment la prise de conscience des investisseurs que le confinement devra en tous les cas continuer pendant encore un temps, avec ou sans vaccin. Il n’est donc pas trop tard pour investir en Bourse. 💉💉

 

Lire la suite

 

Très fort rebond du taux de chômage au troisième trimestre 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Le taux de chômage, au sens du Bureau international du Travail (BIT), a progressé de 1,9 point pour atteindre en moyenne 9 % de la population active cet été en France, hors Mayotte, a indiqué ce mardi matin l’Insee. Ce qui représente 628.000 personnes de plus sur la période et au total 2,7 millions de personnes. 

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Cette hausse marque un « retour à la normale », selon l’institut statistique national. Lors du premier confinement, des centaines de milliers de chômeurs n’avaient pas pu effectuer des démarches actives pour trouver un emploi et n’étaient donc pas considérées comme tels compte tenu des critères retenus par le BIT. Et le taux de chômage avait alors reculé.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

La montée du chômage continue son inexorable avancée, alors que l’économie reste confinée pour les semaines à venir. C’est d’un autre vaccin que celui de Pfizer que nous aurons besoin pour éviter que la pauvreté ne se répande partout.  📈📈

 

Lire la suite

 

 

La dette publique flambe, mais sa facture est gelée 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Depuis le mois de mars, l’argent public coule à flots dans les veines de l’économie pour limiter la casse. Plus de 400.000 euros à la minute en France, à en croire le ministre des Comptes publics. Comme cet argent est emprunté, il se retrouve dans une dette publique qui va bondir en France, selon le FMI, de plus de vingt points de PIB en 2020

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Mais à y regarder de plus près, cette dette qui a doublé en 15 ans (1000 milliards il y a 15 ans contre 2636 milliards d’euros aujourd’hui) coûte aujourd’hui moins cher à la France, du fait des taux d’intérêt historiquement bas. En 2005, en effet, la dette pesait 67% du PIB et les intérêts sur cette dette pompaient 2,7% de la richesse nationale. En 2020, la dette atteint 120% du PIB et son service n’en aspire plus que 1,4%. Une dette pratiquement deux fois plus élevée coûte pratiquement deux fois moins cher. 

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Est-ce à dire qu’il faut continuer d’emprunter ? Loin de là. Même si les intérêts sont moins importants, une dette ne se rembourse pas uniquement par le seul remboursement des intérêts. Il est nécessaire chaque mois de rembourser une partie du montant total de l’emprunt, qu’on appelle mensualité, à laquelle nous ajoutons les intérêts. Or c’est bien cette mensualité qui a doublé en 15 ans et qui pèse lourd dans les frais de l’Etat. 💥💥

 

Lire la suite

 

PS : le saviez-vous ? 

La capitalisation boursière de Tesla a atteint 442 milliards de dollars, contre 185 milliards pour Toyota, 86 milliards pour Volskwagen. Personne n’aurait imaginé pouvoir révolutionner ce secteur historique qu’est l’automobile. Et pourtant Elon Musk l’a fait. Ne vous laissez pas s’imposer à vous !