Que vous soyez ouvrier ou cadre, vous êtes inquiet…

Les cadres aussi inquiets que les ouvriers face à la crise 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Les Français semblent lucides sur le “monde d’après” qui les attend. Selon un sondage Elabe “Les Echos”, Radio Classique et l’Institut Montaigne, plus d’un français sur deux (56%) pense qu’il va y avoir un choc majeur, avec une envolée de faillites et du chômage.

Qu’est-ce que ça veut dire ?


L’élément frappant de ce sondage est que cette inquiétude est partagée par toutes les catégories socioprofessionnelles, y compris les plus favorisées, qui se montrent normalement plus optimistes dans les sondages. “C’est plutôt rare de voir les cadres aussi inquiets sur les questions économiques”. Pour faire face à la crise, près de huit français sur dix pensent que le gouvernement augmentera les impôts. En Ile de France, ce sont 64% des sondés qui se disent très pessimistes sur l’avenir.  

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Ce sondage en dit long sur le moral des Français. Il est nécessaire que le gouvernement communique plus que de raison pour les rassurer. Les crises économiques sont en effet en grande partie de grandes crises “de la peur”. Lutter contre la peur des Français, comme l’avait préconisé Nicolas Sarkozy en 2008 dans son désormais célèbre discours de Toulouse, doit être une priorité. C’est à partir du moment où la peur se dissipe que l’économie réinvestit sainement. 😨😨

 

Lire la suite

 

La BCE continue son soutien indéfectible à l’Union Européenne 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Les pourfendeurs de l’endettement ont de quoi grincer les dents. Un premier plan de 750 milliards d’euros avait été annoncé au début de la crise du coronavirus dans le but de sauver les économies européennes. C’est aujourd’hui une nouvelle enveloppe de 600 milliards d’euros qui s’ajoute. Au total la BCE  apportera donc un soutien de 1 350 milliards d’euros.  

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Au rythme actuel (près de 6 milliards d’euros investis par jour), la Banque centrale a de quoi voir venir jusqu’à la fin de l’hiver prochain. Ce nouveau bazooka rassure sur la résolution sans faille de la BCE à jouer son rôle de pare-feu de la crise économique. A ce plan mis en place par la BCE s’ajoutera une aide financière importante de l’Union Européenne de près de 500 milliards.  

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Les instances européennes semblent donc prêtes à tout pour venir en aide aux pays de l’Union. Les montants dépassent la raison et l’on se demande qui remboursera et qui trinquera. En attendant, ces pluies de liquidités sont l’unique moyen de sauver le Vieux Continent du pire. 💸💸

 

Lire la suite

 

 

Des années d’efforts anéantis pour la Grèce 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

L’année 2020 devait s’annoncer souriante, la Grèce devait enfin retrouver une vitesse de croisière économique à la hauteur des sacrifices endurés depuis une décennie. C’était sans compter sur la crise du coronavirus qui a brisé net l’élan du pays. 

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Au lieu des 2,8% de croissance escomptés, le gouvernement espère limiter l’ampleur de la récession autour de 8% du PIB. Au total, près de 580 000 personnes risquent de perdre leur emploi entre mars et juillet 2020. Pour éviter une crise trop violente, le gouvernement a injecté près de 14 milliards d’euros dans son économie, ce qui représente 7,7% de son PIB.  

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

La Grèce devrait bénéficier des aides du programme de relance proposé par la Commission européenne. En revanche, pas plus que l’Italie, la Grèce n’a l’intention de recourir au fonds d’urgence du Mécanisme européen de stabilité, préférant lever l’argent sur les marchés financiers. Le traumatisme laissé par les années d’austérité est toujours trop présent. La population, comme celle de nombreux autres pays européens, ne semble pas prête à revivre une seconde crise, qui ne fera qu’augmenter le populisme et l’euroscepticisme. 📉📉

 

Lire la suite