Pourquoi votre revenu fait du « sur place » >>

La vague de faillites attendue à l’orée du printemps 2021

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Il y a quelques jours, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire donnait le ton : un grand nombre de licenciements et de faillites sont attendus dans les semaines et les mois à venir. Les professionnels de la restructuration s’attendent à une vague dès octobre prochain. 

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


La société Altares estime que 10.000 défaillances d’entreprises ont été artificiellement évitées sur la première moitié de l’année. Cette véritable « mise sous cloche » accordée à l’ensemble des entreprises a notamment eu l’effet pervers de retarder l’inéluctable pour des structures qui auraient dû déposer le bilan en été. Dans une récente note d’analyse, l’assureur-crédit Euler Hermes prédit ainsi 64.000 faillites entre le dernier trimestre 2020 et la mi-2021.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

La vague de faillites n’est donc pas encore arrivée, mais cela devrait être bientôt le cas. Il faut la nuancer cependant : une grande partie des faillites à venir seront le résultat d’un gel des procédures pendant le confinement. Ainsi, les entreprises qui devaient déposer le bilan en Mai n’ont pas pu le faire à cause de l’inactivité des tribunaux.  💥💥

 

Lire la suite

 

Le niveau de vie des Français a quasiment fait du surplace depuis 2018

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Le niveau de vie médian de la population française – la moitié gagnant plus, l’autre moins – fait du surplace ou presque. Il a grimpé de seulement 0,3 % en tenant compte de l’inflation. Il s’élevait alors à 21.250 euros annuels, ce qui correspond à 1.771 euros par mois pour une personne seule et 3.719 euros par mois pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Depuis la crise de 2008, le niveau de vie médian, c’est-à-dire les revenus plus les prestations sociales moins les impôts, n’a progressé que de 1 % en dix ans alors qu’entre 1996 et 2008, il grimpait de 1,4 % chaque année. Cette rupture se voit d’autant plus sur les revenus des plus pauvres. Le niveau de vie des 10 % les moins aisés a chuté de 2,9 % en dix ans. Sur 2018, la baisse atteint même 1,6 %. D’ailleurs, le niveau de vie des 30 % des Français moins aisés a reculé en 2018. En 2018, le niveau de vie plancher des 10 % les plus aisés a augmenté de 0,6 %, à 39.130 euros par an pour une personne seule.

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Résultat logique de ces statistiques, les inégalités ont augmenté en France. “Les principaux indicateurs d’inégalités de niveau de vie sont en nette hausse entre 2017 et 2018” remarque l’Insee. Au gouvernement de rectifier le tir. 📉📉

 

Lire la suite

 

 

Le casse-tête de la BCE face à la crise 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Christine Lagarde est attendue comme le Messie face à une économie fébrile. Elle ne peut malheureusement pas faire de miracles. La banque centrale, dont le conseil de politique monétaire se réunit ce jeudi, ne devrait en effet pas sortir de nouvelles munitions, après un bazooka historique de 1350 milliards d’euros de rachats d’obligations dégainé au printemps.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Reste que les grands argentiers européens se retrouvent en cette rentrée confrontés à un casse-tête économique qui remet en cause l’efficacité de leur institution, voire sa crédibilité.  L’inflation est entrée en territoire négatif à – 0,2 % en août, alors que l’objectif de la banque centrale est de la maintenir juste en dessous de 2 %. Les centaines de milliards investis en assouplissement monétaire n’y changent rien. Deuxième conséquence néfaste : la hausse de l’euro de près de 6 % depuis mars. Elle pénalise nos exportations, déjà malmenées et alimente un peu plus la désinflation.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Malgré les aides considérables que la BCE apporte à notre économie, les difficultés persistent. C’est un vrai casse-tête Christine Lagarde et pour l’institution. Et même si des signes négatifs persistent, il ne faut pas oublier que les mesures prises ont permis à notre économie de ne pas s’effondrer brutalement. 🤞🤞

 

Lire la suite