MACRON contre les écolos ?

Les PME sont-elles les perdantes du plan de relance ? 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Mardi matin, sur Europe 1, Jordan Bardella, vice-président du Rassemblement national, s’en est pris au contenu du plan de relance de 100 milliards d’euros, présenté la semaine dernière par le premier ministre. Selon le jeune député européen, « le plan de relance est sous-dimensionné. L’Allemagne a mis 200 milliards d’euros sur les TPE-PME, alors que la France s’est contentée de miettes, 3 milliards d’euros. »

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?

 

Mais il faut ici rétablir la vérité. Avec un plan de relance de 130 milliards d’euros, l’Allemagne ne peut pas bien sûr consacrer 200 milliards aux PME. Le plan de relance est un vaste ensemble protéiforme, axé autour de trois priorités : le verdissement de l’économie, la compétitivité et la cohésion sociale. Autant de chapitres du plan qui sont ouverts aux PME. Le gouvernement estime même qu’au total plus de 25 milliards d’euros, soit un quart du montant total, bénéficieront aux TPE-PME. Cette estimation bien ronde n’est pas bien sûr à prendre au pied de la lettre. Seule certitude, le soutien aux PME dépassera largement 3 milliards d’euros.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Une chose est sûre, il est nécessaire pour le gouvernement d’appliquer réellement ces aides aux PME-TPE. Elles ne sont pas des façades aussi reluisantes que les grands groupes français et sont souvent oubliées. Mais elles contribuent largement au maillage économique du pays et à la préservation de l’emploi. Au-delà donc de la polémique des chiffres, il est plus que nécessaire de leur apporter un soutien massif. 👍👍

 

Lire la suite

 

Les départs contraints planent toujours sur Airbus 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Dans sa lettre interne adressée régulièrement aux quelque 130.000 salariés du groupe, le patron d’Airbus met une nouvelle fois en garde contre la probabilité de devoir recourir à des départs contraints. Et ce, alors même que, de l’avis des syndicats, des mesures d’incitation aux départs volontaires suffisamment généreuses permettraient de réaliser les 4.248 suppressions de postes prévues en France, sans départ contraint ou presque. 

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Mais au final, le nombre des départs contraints devrait donc rester très limité. Du moins en France. Car dans d’autres pays, comme l’Espagne (où Airbus prévoit de supprimer 27 % des effectifs), les volontaires risquent de ne pas suffire. Même chose aux Etats-Unis, en Inde, en Chine… Au Royaume-Uni, en revanche, les volontaires seraient plus nombreux que les suppressions de postes prévues (1.727). Quant à l’Allemagne, où 6.040 suppressions de postes sont prévues chez Airbus et sa filiale Premium Aerotech, les discussions semblent, là aussi, bien engagées.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Airbus fait partie des grandes victimes de la pandémie de Covid-19 et la lutte avec les syndicats est bien engagée. Il faut espérer que l’activité retrouve rapidement son niveau d’antan pour éviter des suppressions d’effectifs trop importantes. ✈️✈️

 

Lire la suite

 

 

Emmanuel Macron, contre les écologistes ? 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

 « J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile ! Je ne crois pas que le modèle Amish permette de régler les défis de l’écologie contemporaine », a fustigé Emmanuel Macron devant les entrepreneurs de la Tech, réunis lundi soir à l’Elysée . 

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Emmanuel Macron peine à convaincre sur son tournant écologique , malgré des ambitions sans cesse réaffirmées dans ses discours et les 30 milliards d’euros mis dans le plan de relance . Selon un sondage récent de l’institut Elabe pour « Les Echos » , deux Français sur trois estiment que ce plan ne sera pas en mesure d’accélérer la transition écologique. Parallèlement, le chef de l’Etat fait le constat que l’urgence écologique, si elle s’est concrétisée dans le vote des métropoles lors des municipales, ne permet pas aux dirigeants écologistes de décoller dans l’opinion à 19 mois de la présidentielle.

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

L’écologie a un poid de plus en plus conséquent dans les esprits des français mais elle divise. En soutenant la 5G, Emmanuel Macron montre son choix de ne pas faire de l’écologie son unique priorité. Il estime qu’il y a des enjeux économiques et d’innovation qui méritent d’être pris en compte au même titre que la transition environnementale. Cela plaira-t-il aux Français ? 🤷🏻‍♂️🤷🏻‍♂️

 

Lire la suite