Les traders n’ont jamais vu ça !

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Les traders les plus optimistes de Wall Street n’auraient jamais osé miser sur un rebond aussi rapide. 53 jours après une chute vertigineuse, qui a vu 10.000 milliards de dollars de capitalisation boursière partir en fumée, la Bourse américaine a effacé ses pertes de l’année. 

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Mieux, elle repart à l’assaut des sommets. Lundi soir, l’indice des 500 premières capitalisations de Wall Street est revenu à son niveau de fin 2019, à 3232 points. Le Nasdaq Composite, un autre indice boursier de Wall Street est à un plus haut historique de 9 924 points. Riche en valeurs “tech”, le Nasdaq a affiché une progression de 45% depuis le 23 mars. 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Mais beaucoup de professionnels restent sceptiques. La banque Citigroup fait remarquer que la performance du S&P 500 n’est que le reflet du mouvement de vente panique du mois de mars. La banque précise également que pendant la crise de 1929, le cours de la Bourse de Wall Street avait également connu une baisse, suivie d’une hausse pour finalement de nouveau s’effondrer. Mais les crises passent et ne ressemblent pas, alors cet optimisme américain reste le bienvenu et influence positivement notre économie. 🤗🤗

 

Lire la suite

 

La crise la plus violente depuis 150 ans 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Selon les dernières prévisions de la Banque mondiale, publiée le 8 juin, le Produit Intérieur Brut (PIB) mondial devrait se contracter de 5,2% en 2020. Jamais autant de pays n’ont connu simultanément une telle récession depuis 1870.  

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?

 

La récession dans les pays pauvres et émergents ne devrait pas dépasser les -2,5% en 2020, contre -7% dans les pays développés. Au total, en raison de la pandémie entre 70 millions et 100 millions de personnes pourraient tomber dans l’extrême pauvreté, principalement dans les pays déjà pauvres. Mais l’agence S&P Global Rating se veut optimiste et a constaté un retour des capitaux étrangers depuis avril dans ces pays émergents 

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Par ailleurs, en ces temps d’incertitudes géopolitique et économique, les prévisions de croissance sont à prendre avec précaution. A l’incertitude de la durée de la pandémie s’ajoutent celles de la résilience des économies et de l’aggravation des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. La situation pourrait donc s’empirer…  📉📉

 

Lire la suite

 

 

Deux ans pour se relever 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

La Banque de France anticipe un recul du PIB de l’ordre de 10% cette année en raison du confinement dû à la pandémie de Covid-19. Pour les économistes de la banque centrale, cette année noire en 2020 sera suivie par un rebond de 7,4% de la croissance. 

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Ce rebond ne sera pas suffisant pour que le PIB de 2021 retrouve son niveau d’avant l’épidémie. Il faudrait attendre la mi-2022 pour que l’économie revienne à celle de in 2019. Deux ans seraient donc nécessaires à notre économie pour se remettre de la crise provoquée par le coronavirus. Le taux de chômage devrait atteindre son pic dans la première moitié de l’année prochaine, touchant ainsi 11,8% de la population active. 

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

L’un des points essentiels qui déterminera la reprise est bien sûr la consommation. L’épargne des français devrait être cette année, avec le confinement, de 100 milliards supérieure aux prévisions des économistes avant la crise. Il faut que cette épargne soit réinjectée dans l’économie pour relancer l’activité. 🤑🤑

 

Lire la suite