Les banques reprennent de mauvaises habitudes… et ça pourrait être grave

Le plus fort de la crise attendu en 2021

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Que ce soit du côté des faillites, des plans sociaux ou de l’emploi, la crise a jusqu’ici produit des effets de second ordre au regard du potentiel de destruction de capacités que suppose le niveau actuel d’activité. Sur le front social, le nombre de victimes du Covid reste contenu. 

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?

 

Toujours est-il que pour l’instant, la crise semble être contenue. Sur le premier semestre, quelque 715 000 emplois ont été détruits, un bilan finalement contenu au regard de l’ampleur de la baisse d’activité. Au second semestre, ce chiffre ne devait évoluer qu’à la marge : les emplois détruits à la fin de l’année ne dépasseraient pas le chiffre de 800 000. Côté défaillances d’entreprises, les chiffres restent également  mesurés. 6 037 ouvertures de procédures collectives (incluant les procédures de sauvegarde, de redressement judiciaire, etc.) ont été enregistrées entre le 1er mai et le 31 juillet, soit une baisse de 42,5 % par rapport à 2019.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Mais la question que tout le monde se pose : la baisse d’activité drastique qu’a connu le pays ces derniers temps va-t-elle avoir des répercussions palpables sur le pays ? Selon les experts, les effets pourraient se manifester en 2021, lorsque les entreprises ne seront plus sous perfusion. Affaire à suivre..🤞🤞

 

Lire la suite

 

Le CAC 40, une lente agonie depuis 2000, signe d’un déclin irréversible ? 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Il y a tout juste 20 ans le CAC 40 tutoyait les 7 000 points. Le 4 septembre 2000, l’indice phare de la Bourse de Paris terminait la séance à 6922,33 points. Deux décennies plus tard, l’indice vedette de la Bourse de Paris évolue péniblement autour des 5 000 points.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Dans l’intervalle, quatre chocs majeurs se sont succédé : l’éclatement de la bulle Internet en 2000, la crise des subprimes en 2007, la crise de la zone euro en 2010 et la crise sanitaire liée au Covid-19 cette année. Cette dernière crise a fait chuter la valeur du CAC 40 de 40% en moins d’un mois : de 6100 points à 3600. 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Ces valorisations qui peinent à augmenter sont-elles le signe d’une Europe et d’une France qui n’ont pas été capables d’investir le domaine de la technologie ? Doit-on craindre d’être toujours plus relayés aux marges des grands enjeux économiques de notre temps ? Doit-on craindre un inexorable déclin ? 😨😨

 

Lire la suite

 

 

Un nouvel assouplissement accordé aux Banques 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi une nouvelle mesure d’assouplissement des contraintes pesant sur les banques de la zone euro, évoquant des « conditions exceptionnelles due à la pandémie de coronavirus ».

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Cette mesure permet aux banques d’utiliser leurs fonds propres avec plus de facilités. La part de fonds propres qu’elles doivent garder pour couvrir un éventuel choc a donc diminué. Concrètement, elles doivent respecter à partir de juin 2021 un ratio minimum de fonds propres correspondant à 3 % de leurs expositions totales. Cela leur permet de prêter toujours plus. Mais le prêt facile, on le sait, peut être néfaste pour l’économie. 

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Cette décision est un tournant. Après la crise de 2007, les décisions de la BCE visaient à forcer les banques à avoir toujours plus de fonds propres. Ce sont ces fonds propres qui leur permettent d’avoir des liquidités capables d’absorber le choc d’une éventuelle crise. Cette rigueur imposée aux banques était nécessaire pour éviter l’éclatement de nouvelles crises financières. N’est-ce pas dangereux de les laisser renouer avec leurs anciens démons du prêt facile ? 💥💥

 

Lire la suite