Le salaire des cadres a progressé de 2,3% en 2020

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Pour la troisième année consécutive, le salaire des cadres a progressé : + 2,30 % (après + 2,4 % en 2019), selon le baromètre Expectra. Leur salaire médian atteint aujourd’hui 46 846 euros. Mais ces augmentations avaient été obtenues en début d’année, avant la pandémie, dans un contexte de pénurie dans le numérique et de chômage des cadres très bas (3,5 %).

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Le palmarès des plus fortes progressions salariales en 2020, par métier, donne déjà une idée assez précise des compétences les plus convoitées. Les ingénieurs de maintenance, par exemple, ont vu en 2020 leur rémunération bondir de 6,7 %. Si la progression de leur salaire est tout aussi forte (6,7 % également), les ingénieurs méthodes (bureaux d’études, R&D) gagnent, eux, un peu moins (42 930 euros).

Augmentation du salaire des cadres

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Les cadres semblent donc continuer la croissance de leurs revenus, même si la crise les impactera forcément. Cette augmentation permanente a tendance a creusé le fossé en France et à alimenter les contestations et le malaise au sein de la population.💥💥

 

Lire la suite

 

Consommation : jusqu’où montera le rebond 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Le PIB a chuté de 13,8 % au deuxième trimestre après une baisse de 5,9 % au premier. La France n’a pas connu pareil effondrement depuis 1949. Après avoir bondi à la sortie du confinement (+35,5 % en mai et +10,3 % en juin), les achats se sont stabilisés en juillet (+0,5 %), avec une prime pour la consommation de carburants, en forte hausse, au détriment des dépenses en habillement textile qui progressent plus faiblement.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Mais les Français ont fait des réserves. Inquiets pour l’avenir, ils ont mis de côté 100 milliards d’euros, autant que le plan de relance du gouvernement. Reste à savoir s’ils vont tirer sur les comptes pour se remettre à acheter. Entre le 13 juillet et le 9 août les ventes de produits de grande consommation, d’alimentation et de produits du quotidien ont encore progressé de plus de 5 %.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Les Français ont donc repris le chemin de la consommation mais les interrogations persistent et ils semblent assez timorés à l’idée d’investir leur épargne. L’avenir est incertain et fait peur à la population. 📈📈

 

Lire la suite

 

 

Les revenus des entreprises durement touchés par la crise, pas ceux des ménages

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Plus précisément, le PIB a chuté d’un peu plus de 90 milliards d’euros au deuxième trimestre de cette année par rapport au deuxième trimestre 2019. Plus de la moitié de cette somme, 50,9 milliards d’euros soit 56 % exactement, a pesé sur le compte des administrations publiques.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


De son côté, le revenu des ménages n’a baissé que de 3 milliards d’euros, soit moins de 4% de la perte totale de PIB pour le pays.  Ce moindre coût supporté par les Français, au moins à court terme, s’explique par “le versement des indemnités d’activité partielle et de l’aide exceptionnelle de solidarité”. Quant aux entreprises, elles ont beaucoup perdu. La perte de revenu des entreprises françaises s’élève à 36 milliards d’euros au deuxième trimestre, soit environ 40 % de la perte de PIB totale.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Le gouvernement devra donc axer la deuxième phase de son soutien à l’économie vers une aide forte accordée aux entreprises. C’est là le seul moyen de retrouver une certaine stabilité. Les aides apportées aux ménages ont dans tous les cas été utiles.   👍👍

 

Lire la suite