L’accélération de l’épidémie de coronavirus fait monter la crainte d’un coup de frein à la reprise 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Le coup est rude pour les entreprises françaises de l’hôtellerie et de la restauration. Les nouvelles restrictions annoncées mercredi soir par Olivier Véran , le ministre de la Santé, auront pour elles des conséquences économiques importantes. C’est toute l’économie qui se met à douter également. 

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?

 

Fin août, 32 % des entreprises interrogées par l’Insee indiquaient être incapables de dater le retour à la normale de leur activité. L’indice du moral des chefs d’entreprise est à 92 et reste inférieur à sa moyenne de long terme, fixée à 100 points, et surtout, il n’a pas encore retrouvé son niveau d’avant la pandémie. Il était en février à 105 points.

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

La confiance des Français à l’égard de la reprise économique semble donc faible. Les annonces du gouvernement ont accentué les craintes d’une reprise rapide et stabilisée. La baisse de confiance est pourtant un vecteur de propagation : la crise s’installe durablement lorsque l’espoir s’envole définitivement. Si le gouvernement n’arrive pas à rehausser la confiance des français, ce climat d’inquiétude pourrait bien s’installer pour longtemps. 💥💥

 

Lire la suite

 

Hausse record de la dette publique à 114,1% du PIB à fin juin. 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

La dette publique française a gonflé fin juin à 114,1% du produit intérieur brut (PIB), soit 2.638,3 milliards d’euros, en hausse de 12,7 points par rapport à fin mars, soit la plus forte augmentation trimestrielle depuis que l’Insee publie cet indicateur, en 1995, a-t-il rapporté vendredi.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


La dette de l’État a notamment progressé de 113,4 milliards d’euros, détaille l’Insee, pour financer les mesures de chômage partiel, les reports de charges et compenser la baisse des recettes fiscales du fait de la chute de l’activité économique. La dette des administrations de sécurité sociale (Acoss, Cades, Unédic, hôpitaux et Cnaf) augmente aussi fortement de 84,9 milliards d’euros.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Au total, le gouvernement s’attend à ce que la dette s’envole à 117,5% du PIB cette année. L’endettement n’est pas en soi un problème, mais il faut impérativement retrouver le chemin de la croissance pour être capable de le rembourser… Nous en sommes pour l’instant bien loin. 📈📈

 

Lire la suite

 

 

Nouvelle séance de tension sur les marchés boursiers 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Nouvelle séance sous tension pour les marchés, qui évoluent dans le rouge. Dès l’ouverture, les Bourses européennes étaient à la peine, troublées par des inquiétudes sur la reprise économique, les nouvelles mesures de restriction adoptées par plusieurs pays pour lutter contre le virus ainsi que par une nouvelle séance de baisse à Wall Street.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


A Paris, où de nouvelles mesures de restrictions des activités ont été annoncées par le gouvernement, le CAC 40 a démarré en repli de plus de 1 %. A Francfort, le DAX a également ouvert nettement en baisse sur fond de crainte du virus : l’Allemagne a étendu sa liste de régions à risque à onze pays européens y compris la France. A la clôture des salles de marchés européennes, le CAC 40 affiche une baisse de 0,76 % à 4.762,62 points, le FTSE -1,25 % et le DAX -0,31 %. Les indices américains font, eux, le yoyo autour de l’équilibre.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Devant les incertitudes économiques qui nous guettent, les marchés semblent donc sur la défensive et préfèrent ne pas prendre de risques. La gestion gouvernementale des prochaines semaines sera décisive pour notre économie. L’espoir d’une reprise peut être rapidement balayé partout dans le monde… La France ne fait en effet pas office d’exception. 😰😰

 

Lire la suite