La Banque de France favorable à un retour des dividendes pour les banques

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Dans un discours prononcé vendredi, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a plaidé pour un retour à la distribution de dividendes dans le secteur bancaire. Au début de la crise, la Banque centrale européenne (BCE) avait recommandé aux établissements financiers de cesser toute forme de rémunération aux actionnaires afin de préserver leur capacité à soutenir l’économie. En Europe, cela a permis aux banques de conserver 27 milliards d’euros de fonds propres.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Bien sûr, la crise a eu un impact sur les résultats des banques , en baisse de près de 39 % (pour les quatre principaux groupes français) sur les neuf premiers mois. Mais pas de quoi remettre en cause, selon le superviseur, « les fondamentaux solides des banques françaises, qui ont poursuivi leurs progrès en solvabilité » et affichent des ratios à fin septembre supérieurs à ceux de l’an dernier. 

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Mais la BCE ne doit se prononcer que le 10 décembre, jour où elle publiera ses prévisions économiques pour 2020 et les années à venir. En attendant, il est difficile de savoir quelle sera la décision prise. Les banques craignent qu’en leur refusant de verser des dividendes, les investisseurs se délaissent de leurs actions bancaires. Elles verraient alors leurs capitaux fondre. Un juste milieu difficile à trouver donc. 😨😨

 

Lire la suite

 

La France face au mur d’une dette colossale 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Après des taux de 98,1% du PIB en mars puis 114,1% fin juin, l’endettement public devrait dépasser les 120% pour la seule année 2020. Le plafond symbolique des 100% de dette publique, que Bruno Le Maire s’inquiétait tant de franchir il y a encore quelques mois, a été largement pulvérisé. Et cela ne semble plus faire trembler personne, au contraire…

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


L’Espagne, l’Italie et la France bénéficient donc de quelques années de répit avant de s’attaquer à l’assainissement de leur dette. Mais que fera pendant ce temps l’Allemagne, qui a inscrit dans sa constitution l’objectif d’un équilibre budgétaire, et les autres États nordiques? S’ils commencent à resserrer leurs vannes budgétaires, les marchés risqueraient alors de marquer une divergence dans l’appréciation des dettes européennes, les moins bons élèves ayant à s’acquérir d’une forte prime. 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Dans ce cas, où la politique Banque centrale européenne (BCE) ne parviendrait plus à rassurer sur la solvabilité de tous les États, le coût de l’endettement des pays du Sud, dont la France, augmenterait nettement. «Le risque est grand que l’Allemagne parvienne à baisser son taux d’endettement au-dessous de 80 % du PIB et que la France au mieux le maintienne à 120 %» , prévient un ministre de premier plan. Un scénario catastrophe qui se terminerait par l’adoption dans l’urgence de plans d’austérité dans les pays en difficulté, à commencer par la France.📈📈

 

Lire la suite

 

 

L’Etat peine à motiver les épargnants à relancer l’économie 

 

Qu’est-ce qu’il se passe ?

 

Après le passage de la deuxième vague, l’Etat va se retrouver sans réelle marge financière, ses caisses demeureront durablement vides. Le déficit public va atteindre plus de 10 % du produit intérieur brut (PIB) en 2020. L’Etat devra donc composer avec une nouvelle variable, l’épargne des Français pour financer l’économie de demain.

 

Qu’est-ce que ça veut dire ?


Lors du premier confinement, les épargnants français ont mis de côté 27 % de leur revenu disponible brut (contre 14 % en moyenne). Il faut donc une stratégie de communication proactive qui mêle pédagogie et responsabilité collective pour redonner confiance aux ménages en les incitant à consommer davantage tout en fléchant leurs dépenses vers l’économie responsable et locale notamment. C’est la mesure la plus efficace et la moins onéreuse à court terme pour faire repartir la machine économique.

 

Qu’est-ce que ça change pour moi ?

 

Avec ces monceaux d’épargne accumulée, le gouvernement a une petite marge de manœuvre pour faire repartir l’économie sans s’endetter. Il faudra faire preuve d’une grande pédagogie, ce qui n’est pas toujours la grande qualité du président Emmanuel Macron. 🤞🤞 

 

Lire la suite

 

PS : le saviez-vous ? 

La France est le quatrième pays du monde où l’évasion fiscale est la plus forte. Cela représente un manque de 20 milliards de dollars par an. Sur dix ans, c’est la moitié de la dette liée au Covid qui aurait été remboursée sans cette évasion. Il est grand temps que le gouvernement fasse quelque chose, non?